Cette question est archivée, les contributions sont neutralisées. 

Dr Mazoyer
Dr Mazoyer

Dr Mazoyer

Niveau
0
Score
0
Equipe
Custom field 1
Chercheuse en oncogénétique

Bonjour Laurence,
D’accord, pas de langue de bois, des chiffres !

La probabilité que vous ayez développé, à 70 ans, un cancer du sein est comprise entre 45% et 80% ; pour un cancer de l’ovaire, elle est comprise entre 20% et 55% ; pour un cancer du pancréas : entre 1 et 4%. En ce qui concerne le cancer du péritoine, on n’a pas de chiffre parce que ce cancer se développe souvent consécutivement au cancer de l’ovaire.

Pourquoi ces fourchettes d’estimation sont-elles aussi grandes ? : parce que beaucoup de facteurs influencent votre probabilité de développer un cancer quand vous avez une mutation BRCA1 (ou BRCA2) : votre vie reproductive, votre environnement, vos habitudes de vie, votre alimentation, vos autres gènes.

Des chercheurs du monde entier unissent leurs forces afin de caractériser ces facteurs et de fournir des estimations de risque propres à chaque personne. Il faudra du temps, comme toujours, pour que les résultats de la recherche puissent être utilisés en clinique mais cela viendra.

Nous avons dans une de « nos » familles BRCA1 une vieille dame de 104 ans porteuse d’une mutation qui n’a jamais eu de cancer !
Une « femme BRCA1 » a une mutation dans le gène BRCA1 dans toutes les cellules de son organisme. Cela veut donc dire que même si son cancer du sein guérit, il est possible qu’elle développe un nouveau cancer dans l’autre sein (qu’on appelle cancer controlatéral).

Certaines femmes BRCA1 et BRCA2 choisissent, pour ne plus vivre dans la peur d’un premier cancer, d’une récidive ou d’un cancer controlatéral, de se faire enlever et reconstruire les deux seins, ce qui est un moyen très efficace d’éliminer le risque de cancer du sein. On peut aussi choisir de se faire enlever les ovaires pour éliminer le risque de cancer de l’ovaire.

Les autres échanges :

Dr Mazoyer
Dr Mazoyer

Dr Mazoyer

Niveau
0
Score
0
Equipe
Custom field 1
Chercheuse en oncogénétique

Bonjour Laurence,
D’accord, pas de langue de bois, des chiffres !

La probabilité que vous ayez développé, à 70 ans, un cancer du sein est comprise entre 45% et 80% ; pour un cancer de l’ovaire, elle est comprise entre 20% et 55% ; pour un cancer du pancréas : entre 1 et 4%. En ce qui concerne le cancer du péritoine, on n’a pas de chiffre parce que ce cancer se développe souvent consécutivement au cancer de l’ovaire.

Pourquoi ces fourchettes d’estimation sont-elles aussi grandes ? : parce que beaucoup de facteurs influencent votre probabilité de développer un cancer quand vous avez une mutation BRCA1 (ou BRCA2) : votre vie reproductive, votre environnement, vos habitudes de vie, votre alimentation, vos autres gènes.

Des chercheurs du monde entier unissent leurs forces afin de caractériser ces facteurs et de fournir des estimations de risque propres à chaque personne. Il faudra du temps, comme toujours, pour que les résultats de la recherche puissent être utilisés en clinique mais cela viendra.

Nous avons dans une de « nos » familles BRCA1 une vieille dame de 104 ans porteuse d’une mutation qui n’a jamais eu de cancer !
Une « femme BRCA1 » a une mutation dans le gène BRCA1 dans toutes les cellules de son organisme. Cela veut donc dire que même si son cancer du sein guérit, il est possible qu’elle développe un nouveau cancer dans l’autre sein (qu’on appelle cancer controlatéral).

Certaines femmes BRCA1 et BRCA2 choisissent, pour ne plus vivre dans la peur d’un premier cancer, d’une récidive ou d’un cancer controlatéral, de se faire enlever et reconstruire les deux seins, ce qui est un moyen très efficace d’éliminer le risque de cancer du sein. On peut aussi choisir de se faire enlever les ovaires pour éliminer le risque de cancer de l’ovaire.

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, reconnue d'utilité publique