Cette question est archivée, les contributions sont neutralisées. 

Jean-Yves
Jean-Yves

Jean-Yves

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Chercheur sur les cancers du cerveau

Bonjour Daniel,

L’article auquel vous faites référence est un cas unique rapporté par nos collègues indiens.
Il faut être très prudent car le traitement par SPMF a été pratiqué peu de temps après un traitement conventionnel (radiothérapie et temozolomide) dont on sait qu’il donne fréquemment des « pseudo-progressions » qui simulent mais ne correspondent pas à une progression réelle de la maladie. Il s’agit en fait d’une réaction inflammatoire au traitement mimant une récidive. Ceci dit, toutes les pistes doivent être explorées avec méthode et ténacité mais il est vraiment infiniment trop tôt pour se prononcer.
A ma connaissance, il n’y a pas de recherche utilisant cette technique pour les gliomes en France. En revanche, dans un domaine différent mais voisin, des travaux de recherche sont en cours en France pour évaluer l’effet de champs électriques continus de très faible intensité et de fréquence intermédiaire en raison de leur capacité à inhiber la prolifération cellulaire.

Les autres échanges :

Jean-Yves
Jean-Yves

Jean-Yves

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Chercheur sur les cancers du cerveau

Bonjour Daniel,

L’article auquel vous faites référence est un cas unique rapporté par nos collègues indiens.
Il faut être très prudent car le traitement par SPMF a été pratiqué peu de temps après un traitement conventionnel (radiothérapie et temozolomide) dont on sait qu’il donne fréquemment des « pseudo-progressions » qui simulent mais ne correspondent pas à une progression réelle de la maladie. Il s’agit en fait d’une réaction inflammatoire au traitement mimant une récidive. Ceci dit, toutes les pistes doivent être explorées avec méthode et ténacité mais il est vraiment infiniment trop tôt pour se prononcer.
A ma connaissance, il n’y a pas de recherche utilisant cette technique pour les gliomes en France. En revanche, dans un domaine différent mais voisin, des travaux de recherche sont en cours en France pour évaluer l’effet de champs électriques continus de très faible intensité et de fréquence intermédiaire en raison de leur capacité à inhiber la prolifération cellulaire.

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, reconnue d'utilité publique