Cette question est archivée, les contributions sont neutralisées. 

Bonjour Nicolas,

Les travaux menés ces dernières années ont permis de recenser les altérations moléculaires présentes dans les gliomes* et de disséquer en partie leur rôle dans le processus de gliomagénèse*. Ces découvertes laissent espérer l’émergence de nouveaux traitements « personnalisés » visant les altérations moléculaires présentes dans les cellules gliales tumorales.

Ces traitements pourraient être plus efficaces (concentrées sur les cellules tumorales) et moins toxiques (épargnant les cellules saines dépourvues des anomalies moléculaires). De nombreux agents sont à l’étude dans le cadre de recherches « précliniques » ou ils sont testés sur des modèles expérimentaux (culture de cellules tumorales, modèles animaux). Un certain nombre de ces agents arrivent également au stade des essais cliniques chez l’homme et pourraient devenir disponibles rapidement si leur efficacité est démontré. Même si je suis convaincu que ces approches porteront un jour leur fruit, il faut aussi savoir s’armer de patience et de ténacité car ces recherches sont difficiles. Par ailleurs, le constant progrès des techniques d’imagerie permet d’améliorer les traitements classiques, en particulier la chirurgie et la radiothérapie, en les rendant plus efficaces et en réduisant leur risque. De plus, la dose optimale et le meilleur moment d’administration des chimiothérapies actives dans les tumeurs cérébrales sont en train d’être déterminés par des grands essais cliniques internationaux.
Depuis quelques années, les thérapies antiangiogéniques comme le bevacizumab sont utilisées dans les tumeurs cérébrales et se révèlent prometteuses. Ici encore, il nous faut déterminer le moment optimal de leur administration.

Ainsi, la prise en charge des tumeurs cérébrales est en plein développement et justifie l’espoir. Il faut insister sur l’importance de la participation des patients aux essais thérapeutiques qui seuls permettent d’évaluer les nouveaux traitements dans les meilleures conditions de sécurité et de rigueur possibles.

** Tumeur du cerveau la plus fréquente chez l’adulte. On parle aussi de « tumeurs gliales ».
*** Processus conduisant à la formation d’un gliome

Les autres échanges :

Bonjour Nicolas,

Les travaux menés ces dernières années ont permis de recenser les altérations moléculaires présentes dans les gliomes* et de disséquer en partie leur rôle dans le processus de gliomagénèse*. Ces découvertes laissent espérer l’émergence de nouveaux traitements « personnalisés » visant les altérations moléculaires présentes dans les cellules gliales tumorales.

Ces traitements pourraient être plus efficaces (concentrées sur les cellules tumorales) et moins toxiques (épargnant les cellules saines dépourvues des anomalies moléculaires). De nombreux agents sont à l’étude dans le cadre de recherches « précliniques » ou ils sont testés sur des modèles expérimentaux (culture de cellules tumorales, modèles animaux). Un certain nombre de ces agents arrivent également au stade des essais cliniques chez l’homme et pourraient devenir disponibles rapidement si leur efficacité est démontré. Même si je suis convaincu que ces approches porteront un jour leur fruit, il faut aussi savoir s’armer de patience et de ténacité car ces recherches sont difficiles. Par ailleurs, le constant progrès des techniques d’imagerie permet d’améliorer les traitements classiques, en particulier la chirurgie et la radiothérapie, en les rendant plus efficaces et en réduisant leur risque. De plus, la dose optimale et le meilleur moment d’administration des chimiothérapies actives dans les tumeurs cérébrales sont en train d’être déterminés par des grands essais cliniques internationaux.
Depuis quelques années, les thérapies antiangiogéniques comme le bevacizumab sont utilisées dans les tumeurs cérébrales et se révèlent prometteuses. Ici encore, il nous faut déterminer le moment optimal de leur administration.

Ainsi, la prise en charge des tumeurs cérébrales est en plein développement et justifie l’espoir. Il faut insister sur l’importance de la participation des patients aux essais thérapeutiques qui seuls permettent d’évaluer les nouveaux traitements dans les meilleures conditions de sécurité et de rigueur possibles.

** Tumeur du cerveau la plus fréquente chez l’adulte. On parle aussi de « tumeurs gliales ».
*** Processus conduisant à la formation d’un gliome

Fondation Arc pour la recherche sur le cancer
Notre newsletter



Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2011 JoomlaWorks Ltd.

Les différents cancers

Facteurs de risque, dépistage, prévention, traitements, recherche... Consultez tous nos dossiers sur les différents cancers.

En savoir plus

Cafés de la recherche - Marseille

Café de la recherche à Marseille

Venez rencontrer les chercheurs à Marseille, le 13 mai prochain !

Plus d'information et inscription

 

Triathlons 2014

Partenaire Grande Cause de la F.F.TRI, la Fondation ARC sera présente sur le « Grand Prix F.F.TRI. de triathlon pour la recherche sur le cancer », championnat de France des clubs de 1ère division.

Pour en savoir plus


Faire un don ISF
Calculez votre don ISF

Sport et cancer

bt commande publis

Nos vidéos

Toutes les vidéos

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, reconnue d'utilité publique

  • Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON