Cette question est archivée, les contributions sont neutralisées. 

Bonjour Georges,
Les thérapies dites ciblées ont profondément modifié le traitement des cancers du rein réputés intrinsèquement chimio- et radio-résistants. Avant l’arrivée de ces traitements, seule l’immunothérapie avait une certaine utilité, d’ailleurs discutée par certaines équipes.
Parmi les thérapies ciblées, et en dehors des inhibiteurs de la mTOR, les médicaments contre l’angiogenèse se sont révélés efficaces en augmentant significativement la durée de rémission et de survie globale par rapport aux traitements immunologiques. Il en va de même pour l’association Avastin™ + interféron, testée dans l’essai de phase 3 AVOREN. Le taux de réponses, chez les patients présentant une malade avancée ou métastatique, est plus que doublé et le temps sans progression l’est aussi, même pour les groupes au pronostic sombre.

Les autres échanges :

Bonjour Georges,
Les thérapies dites ciblées ont profondément modifié le traitement des cancers du rein réputés intrinsèquement chimio- et radio-résistants. Avant l’arrivée de ces traitements, seule l’immunothérapie avait une certaine utilité, d’ailleurs discutée par certaines équipes.
Parmi les thérapies ciblées, et en dehors des inhibiteurs de la mTOR, les médicaments contre l’angiogenèse se sont révélés efficaces en augmentant significativement la durée de rémission et de survie globale par rapport aux traitements immunologiques. Il en va de même pour l’association Avastin™ + interféron, testée dans l’essai de phase 3 AVOREN. Le taux de réponses, chez les patients présentant une malade avancée ou métastatique, est plus que doublé et le temps sans progression l’est aussi, même pour les groupes au pronostic sombre.

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, reconnue d'utilité publique